Le CES ouvre ses portes à Las Vegas le 6 janvier 2016. Comme souvent, ce salon de l'électronique grand public donnera le tempo de l'année en traçant les grandes tendances high-tech. La société LSee, accompagnée par l'Incubateur d'entreprises innovantes INIZIÀ,a été sélectionnée par Business France avec 22 autres startups françaises pour exposer sur le pavillon French Tech.

CES2016.png

LSee présente en exclusivité mondiale son nouveau tracker métabolique qui aide à brûler facilement les graisses en analysant le sang des utilisateurs. Il s'agit du premier objet connecté qui permet de modifier votre régime alimentaire et votre programme d’entraînement par rapport à votre propre métabolisme pour atteindre vos objectifs plus facilement et rapidement.

L'analyse de sang pour optimiser la perte de poids

Pour évaluer l'impact de l'activité physique sur leur métabolisme, quelles possibilités s'offrent aux sportifs ? Pour l'instant, les enregistreurs d'activité, bracelets ou montres, sont privilégiés. Certaines balances connectées calculent aussi l'IMC (indice de masse corporelle) des utilisateurs. Mais ces dispositifs ne sont que des estimations de la quantité de calories brûlées ou de la distance parcourue, qui ne tiennent pas vraiment compte du profil de chaque utilisateur.

Pour fournir des retours beaucoup plus précis, la start-up LSee, partagée entre Paris (Le Tremplin) et Ajaccio (INIZIÀ), où l'entreprise a été créée, a imaginé un objet connecté inédit pour les personnes qui souhaitent perdre du poids. A partir d'une gouttelette de sang déposée sur une bandelette spéciale, l'appareil peut évaluer la perte de masse graisseuse consécutive à un effort physique. "En renouvelant ce geste après chaque effort, on peut évaluer l'efficacité de différents types d'activité physique", confie Cyril Torre, le PDG de la start-up.

Les utilisateurs seront-ils prêt à se piquer le bout du doigt régulièrement, comme le font les diabétiques pour mesurer leur glycémie ? Ce ne devrait pas être un problème, estime le fondateur de Lsee. "Les premiers tests que nous avons réalisé dans des centres de fitness montrent que cela passe très bien. Il y a un frein psychologique avant la première utilisation, mais la plupart de ceux qui essaient ne sont pas rebutés par le petit picotement".

LSee mise sur des prescripteurs, professionnels du bien-être et du sport, pour convaincre le public. "L'utilisation du produit peut être accompagnée par des coaches sportifs et diététiciens", précise le CEO. L'application mobile liée au produit invite les utilisateurs à "qualifier" leurs activités et à mentionner ce qu'ils mangent, afin que des conseils nutritionnels leur soient donnés en fonction de leur métabolisme.

Grâce à INIZIÀ, LSee a mis au point un premier prototype fonctionnel et prépare l'industrialisation du produit. Elle prévoit de livrer les premiers exemplaires en septembre 2016, pour un prix compris entre 100 et 150 euros. Sa participation au CES 2016 va lui permettre de prendre contact avec le marché américain, où le quantified self est bien plus développé qu'en Europe.

Elle lancera aussi la communication sur son produit, avec l'espoir d'acquérir de la visibilité grâce à son innovation technologique. LSee fait partie des 22 start-up françaises sélectionnées par Business France qui exposeront dans l'Eureka Park, l'espace start-up du CES.